Remèdes à la morosité

    Des remèdes ou des pansements, selon les jours et le degré de déprime ambiante dans le salon/le bureau humide et poisseux. Ils aident à se sentir mieux, moins vide, plus vivant, plus présent, moins fataliste et redonnent du sens à nos pensées, aident à passer à l’action quand ils ne sont déjà pas en soi, de l’action. La morosité, ma morosité ? Peu importe, ce sont des astuces que tout un chacun peut adapter, se servir et piocher comme lors d’un buffet à volonté.

  1. Ecouter de la musique. Retomber dans des musiques du passé, les croire oublier et se surprendre à danser et se souvenir des paroles. Si possible liées à un passé joyeux. L’écouter fort, car est-ce que la musique s’écoute autrement ? Bientôt une playlist je pense, des musiques puissantes qui me font me sentir toute petite et forte à la fois. 
  2. Se couper du net. Pour de vrai, plusieurs jours, plusieurs semaines, pour toujours ? Se reconnecter au réel, aux sensations, à la matière brute de son corps, de ses émotions.
  3. Se couper des podcasts, éventuellement des vidéos youtube. Oui, avoir la fâcheuse tendance d’écouter des podcasts qui agacent un jour morose, c’est contre productif et ça engage la tête dans le mur. Un jour bienheureux, ça va, ça permet de réfléchir et de voir par d’autres yeux, ça offre le luxe de savoir ce qui n’est pas en paix chez nous. Le podcast comme miroir de nous-même donc quand ça va moins bien, non merci.
  4. Faire du sport. Celui qu’on aime, qui nous fait du bien, qui nous libère. Sans excès, juste pour le plaisir. Bouger.
  5. Une bonne séance de yoga. Pour respirer, transpirer en harmonie avec ses muscles ses os toute sa structure corporelle et lui dire merci de nous porter.
  6. Lire un bon livre, ou un mauvais. Un livre qui nous rend léger ou qui nous fait réfléchir. Qui nous rapproche de notre intellect ou nous en éloigne, selon l’effet recherché.
  7. Créer. Ecrire, dessiner, peindre, faire de la couture, un objet indéfini en pâte fimo, faire de la calligraphie, du crochet, des collages. Utiliser ses doigts, les mettre en mouvement au rythme de sa créativité, sans forcément réfléchir et ne pas penser au résultat, seulement à l’action de faire. Ecrire aussi, peut faire du bien : dans son journal, de la poésie. Ou de l’écriture automatique si on peut, afin de laisser les mots creuser le sillon du sens par eux-mêmes.
  8. Prendre un bain. C’est toujours pareil, le bain c’est l’ami du bien. L’eau chaude est un remède en soi. Un doux, enveloppant, généreux remède qu’on a l’honneur d’obtenir en ouvrant un robinet. L’eau, rien que l’eau. On aurait presque envie d’aller faire une cure thermale, quand on voir les bienfaits d’un seul petit bain.
  9. Se faire masser. Par un proche ou un professionnel, se faire masser des pieds à la tête. Quel délice.
  10. Dormir. Si on peut se le permettre, dormir reste le meilleur remède de tous les temps. Je ne dors plus ou très mal et quand vient le repos, mon corps lâche et tombe malade. Alors si vous le pouvez, dormez. Reposez-vous. Faites de beaux rêves.

Il faut croire que le bien être, peu importe notre stade dans la vie, se compose de choses simples mais essentielles, vitales car étrangement, ces conseils contre la morosité sont sensiblement les mêmes que ceux pour une grossesse épanouie.

J’espère que le nuage au dessus de votre tête pourra se dissiper, au moins en partie, grâce à ces activités qui nécessitent peu de choses. Seulement du temps.

 

Oeuvres par Carolina Arevalo
Advertisements

Paula Modersohn-Becker

Paula3

J’ai lu “Etre ici est une splendeur” de Marie Darrieussecq (puis “Le bébé” du même auteur car souvent les bons livres donnent envie d’en lire d’autres) (aparté sur laquelle je reviendrais peut-être) sur les conseils d’une libraire interviewée pour La Grande Librairie. Et merci à cette libraire, car j’y ai découvert une artiste femme forte, déterminée, talentueuse, habitée par son art. Avec un destin tragique (elle meurt peu de temps après avoir accouché, à 31 ans) mais une vie riche et foisonnante, de rencontres, de nature, d’amour, de déceptions, de poésie aussi. Cet ouvrage a su me captiver et donne envie de se plonger dans ses peintures, afin d’y déceler au détour d’une couleur, les émotions qui pouvaient la traverser.

Paula1Paula4Paula5Paula7

Paula2

Image

Adrienne Ségur

Somewhere in Burgundy, we went to a book sale. There was a very unique book with beautiful, delicate yet modern illustrations: Il était une fois, vieux contes français de Charles Perrault.

That is where I found out about Adrienne Segur. Wikipedia gave me a short biography. This website is the best I found in english about her. And here is an article (fr) about an exhibition honouring Adrienne’s work: link 2 .

But internet is not very talkative when it comes to her life and work, which is a shame because she must have had a very interesting and rich life !

Adrienne Segur (23 November 1901 – 11 August 1981) was a French children’s book illustrator. Segur’s illustrations were made known by the publishing house Flammarion in the 1950s and 1960s and appeared particularly in The Fairy Tale Book, the English translation of Il Etait Une Fois published in 1958 by Golden Books, Simon and Schuster.

Segur was born in Athens, Greece, in the family of French writer Nicolas Segur. Around 1932 she married the Egyptian poet and thinker Mounir Hafez. (…) In 1936–1939, Segur was the director of the children’s column in Le Figaro where she made all the illustrations. Segur died in Paris, France in 1981.

 

Hot Sugar

Hot Sugar (aka Nick Koenig)‘s music is not as sweet as his name although there is some fruity feeling coming out of it. It seems that my English is too poor to express what I feel like when I listen to it because it is a full experience where the five senses are summoned.

In a 2015 interview with NPR, he described associative music as “try[ing] to capture sounds the same way a photographer would capture an image: If something looks poetic, I’ll record it”

So much beauty to see, to hear, to touch (synesthesia involved.) So many colors, explosions of joy, of sadness, of vulnerability, of power; it’s insanely well composed and authentic. I could not choose one song. Sit down or and just listen to the whole albums God’s Hand (2015) & The Melody of Dust (2017). 

1

Here are a few comments I found under his youtube videos :

“this makes me feel a deep unsettling happiness like falling forever into a purple ocean”

“this makes me think of what kind of music stars would make and a warm night on a beach with a lover”

“this makes me cry. why though?”

“painting with watercolours to this right now feels like the droplets of pigment are absorbing a little bit of this musical masterpiece”

“I’m dreaming ? Or this album is 2 good for this world ?”

“This just changed my life… again.”

1a

You see, the internet can be a happy, genuine, benevolent, lovely place when, in a middle of nowhere, something really beautiful and powerful pops out. Thank you Hot Sugar for your contribution to make the world a better place.

Please, give me another cup of Hot Sugar.